Le «Sultan» au Mali, pourquoi ? Zoom Afrique du 11 septembre 2020

PressTV Français 104 views
Alors après avoir fait faire signer des accords sécuritaires, la Turquie d’Erdogan, qui s’est royalement installée aux portes de l’Algérie et de la Tunisie, se tournerait-elle vers le Mali ? En d'autres termes les terroristes pilotés par barkhane, pour étendre le chaos au sahel et justifier l’éternelle présence des forces étrangères, verront-ils leur rang grossir par l'arrivée des terroristes Idlibins ?

L’actualité en Afrique

  • Mali : Marvel Gold élargit son empreinte aurifère avec l’acquisition du permis d’exploration Sakaar

  • Le Niger demeure le premier client du Bénin dans la CEDEAO

  • Tchad : une opération de reboisement à Zerli 1, près de Mongo, pour la semaine de l'arbre

 

Les analyses de la rédaction

1- Mevlut Cavusoglu au Mali pour une visite officielle

Alors après avoir fait faire signer des accords sécuritaires, la Turquie d’Erdogan qui s’est royalement  installé  aux portes de l’Algérie et de la Tunisie se tournerait elle vers le Mali? En autres termes les terroristes pilotés  par barkhane pour étendre le chaos au sahel et justifier l’éternelle présence des forces étrangères verront leur rang grossir par l'arrivée  des terroristes Idlibins?

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu est au Mali pour une visite officielle.

Au Mali, le chef de la diplomatie turque Mevlut Cavusoglu s'est entretenu avec le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies au Mali et le président de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), Mahamat Saleh Annadif.

Cavusoglu a partagé un message concernant son entretien sur son compte Twitter.

"Nous avons abordé avec Annadif le processus de transition au Mali. Notre soutien et nos contributions à la mission spéciale de l'ONU au Mali vont se poursuivre. Nous avons partagé notre expérience en matière de lutte contre le terrorisme", a affirmé Cavusoglu.

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a souligné que la stabilité, la sécurité et la sérénité du Mali étaient importantes pour la Turquie.

"Comme ce fut le cas jusqu'à présent, nous continuerons d'être aux côtés du pays frère le Mali et de la population malienne", a-t-il assuré.

Le ministre turc a également répondu aux questions des membres de la presse.

Il a attiré l'attention sur le fait que le Mali est pour la Turquie un 'pays ami et frère'.

"La stabilité, la sécurité et la sérénité du Mali sont importantes pour nous. Tout comme c'est important pour l'Afrique de l'Ouest, c'est important pour toute l'Afrique."

Il a précisé que jusqu'à aujourd'hui, la Turquie a toujours aidé le Mali surtout dans sa lutte contre le terrorisme et a rappelé que la Turquie a soutenu la mission de l'ONU ici ainsi que la mission du groupe du Sahel.

Cavusoglu s'est ensuite réuni avec les membres du Comité national pour le salut du peuple CNSP et a fait des déclarations sur la chaine de télévision nationale malienne (ORTM).

Soulignant que le Mali est un pays ami et frère pour la Turquie, Cavusoglu a indiqué qu'ils étaient toujours aux côtés de ce pays et de la population malienne frère lors des moments difficiles.

Il a souligné que les aides de la Turquie au Mali dans la lutte contre le terrorisme ainsi que dans la lutte contre le nouveau type de coronavirus (Covid-19), allaient se poursuivre et que dans le cadre de ce soutien ils avaient apporté avec eux au Mali des respirateurs et des masques N-95.

Il a déclaré qu'au terme de sa visite au Mali, il allait réaliser une visite officielle en Guinée-Bissau et au Sénégal.

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a affirmé qu'ils comptaient échanger leurs points de vue avec les pays de la région concernant la situation actuelle le Mali ainsi que sur l'avenir de ce pays.

 

2- Le Kenya fusionne les services publics de ports, de chemins de fer et de pipelines

Au Kenya les Anglo-saxons font la pluie et le beau temps sous le président actuel....a quoi bon des synchronisations  comme ceci? Devinez...

Au Kenya, les services publics portuaires, ferroviaires et de pipelines seront désormais assurés par une seule entité paraétatique, la Kenya Transport and Logistics Network. Sa mise sur pied répond à un besoin d’optimisation et de compétitivité, visant à faire du pays un centre logistique majeur.

Le secteur du transport et de la logistique au Kenya est sur le point de connaître une transformation majeure avec l'intégration des services publics portuaires, ferroviaires et de pipelines, sous une seule entité paraétatique dénommée Kenya Transport and Logistics Network (KTLN). Ukur Yatani, le secrétaire d’Etat chargé du Trésor national et de la Planification, a signé ce jour l’accord-cadre pour l’opérationnalisation de la nouvelle entité.

Créée par décret présidentiel le 7 août 2020, la KTLN regroupera l'Autorité portuaire du Kenya (KPA), la Kenya Railways Corporation (KRC) et la Kenya Pipeline Company Limited (KPC). Elle est placée sous la coupole de  la Société de développement industriel et commercial (ICDC), qui agira en tant que société holding pour les trois agences et sera responsable de la gestion des investissements de l'État.

Pour le président kenyan Uhuru Kenyatta (photo), « KTLN tirera profit de l'efficacité et des synergies des quatre agences d'État afin de réaliser le programme stratégique du Kenya visant à devenir un centre logistique régional ».

Sa mise sur pied devrait, par ailleurs, entraîner une réduction du coût des activités commerciales dans le pays grâce à la fourniture d'infrastructures portuaires, ferroviaires et pipelines d'une manière rentable et efficace.

Dans le même temps, les conseils d’administration des quatre agences publiques ont été transférés au Trésor national conformément aux recommandations du groupe de travail présidentiel sur les réformes parapubliques.

Add Comments