S-400: Ankara en vend les données! (e-Press)

PressTV Français 74 views
La Turquie a annoncé le transfert d'informations techniques aux États-Unis sur les complexes russes S-400.

E-Press du 30 juillet 2020

SOURCE : PRESS TV FRANÇAIS

Au sommaire :

1- S-400: Ankara en vend les données aux USA 

La Turquie a officiellement annoncé son intention de transférer aux États-Unis toutes les technologies nécessaires liées aux complexes S-400 acquis à la Russie. Cela est dû à la tentative d'Ankara de rester dans le programme du chasseur américain F-35 de cinquième génération. De plus, la Turquie elle-même ne le cache pas du tout, déclarant directement qu'elle est prête à éliminer toutes les préoccupations américaines d'un point de vue technique.

Le ministre turc de la Défense nationale, Hulusi Akar, a annoncé la disposition d'Ankara à « dissiper les inquiétudes » des États-Unis concernant l'incompatibilité des F-35 américains de cinquième génération et des systèmes de missiles antiaériens russes S-400.

« La Turquie a continué à produire des composants clés pour le F-35, malgré la pandémie et son exclusion du nombre de pays participant au projet pour leur création », a déclaré Akar, cité par TASS.

Il a ajouté que « la Turquie n'est pas un client dans le programme de production de F-35, mais un partenaire ». « Nous sommes prêts d'un point de vue technique à éliminer la préoccupation des États-Unis concernant l'incompatibilité des S-400 et F-35 », a déclaré le ministre.

Source : avia-pro.net

2- La stratagème US contre la Russie ? 

En retirant ses troupes de l'Allemagne qui n'ira jamais se battre contre la Russie, les USA les déploient dans des pays qui eux, pourraient le faire... 

Selon Opex360, la décision de l’Allemagne d’acquérir des avions de combat F/A-18 Super Hornet et EA-18 Growler auprès de Boeing pour s’acquitter de ses obligations à l’égard de l’OTAN [plans nucléaires et capacités de guerre électronique] n’aura pas fait changer d’avis le président Trump, qui, depuis le début de son mandat, s’en prend régulièrement à Berlin pour sa participation au projet russe de gazoduc Nord Stream 2 ainsi que pour la faiblesse de ses dépenses militaires.

Ainsi, en juin, le chef de la Maison-Blanche avait confirmé son projet de réduire drastiquement la présence des forces américaines outre-Rhin, évoquant le retrait de plus de 9.000 militaires. « L’Allemagne a des arriérés, ça fait des années qu’ils ont des arriérés et ils doivent des milliards de dollars à l’OTAN, et il faut qu’ils paient. […] Nous protégeons l’Allemagne et ils ont des arriérés, c’est ridicule » , avait-il alors martelé, fustigeant au passage les désaccords commerciaux avec Berlin.

Ce 29 juillet, Donald Trump a remis un dollar dans la machine. « On en a marre d’être des pigeons. […] Nous réduisons nos forces parce qu’ils ne paient pas. C’est très simple », a-t-il encore répété.

Et, selon les plans présentés par le chef du Pentagone, Mark Esper, l’ampleur de la réduction des forces américaines devrait être plus importante qu’annoncé, puisqu’il est question de retirer 11.900 militaires d’Allemagne.

Ce qui va profiter à la Pologne et aux pays baltes, ainsi qu’à la Belgique et à l’Italie, deux pays dont l’effort de défense est loin de l’objectif des 2% de PIB fixés par l’OTAN [mais avec les difficultés économiques créées par la pandémie de Covid-19, ils n’en sont doute plus très loin…].

Source : Opex360

3- Venezuela : des cellules narcoterroriste démantelées 

L’Agence nationale antidrogue (ONA) et les Forces armées nationales bolivariennes (FANB) du Venezuela ont démantelé deux camps de narco-trafiquants se situant à 900 mètres de la Colombie. Dans ces camps, 25 laboratoires clandestins de cocaïne ont été détruits et 9,2 tonnes de drogue ont été saisies.

Le ministre de l’intérieur, Nestor Reverol, a déclaré que lors de l’opération 17 tonnes de produits chimiques utilisés pour traiter la cocaïne ont été détruits. M. Reverol a déclaré que cette procédure fait partie de l'« Opération Indépendance 200 », que l’armée mène avec l'ONA.

« Le Venezuela renforce la surveillance à nos frontières pour empêcher les mafias colombiennes d’utiliser notre territoire pour la production de cocaïne. Notre mission est de contenir la propagation des cultures illicites », a ajouté M. Reverol.

Le directeur de l'ONA, le général de brigade Alberto Mateus a déclaré qu’à ce jour les autorités vénézuéliennes ont saisi 23,5 tonnes de drogues, soit le double de l’année passée. 2126 personnes impliquées dans le trafic de drogue ont aussi été arrêtées.

Récemment, le rapport mondial sur les drogues de l’Office des Nations-unies contre la drogue et le crime révélait que le Venezuela se classe au quatrième rang pour les saisies de drogues et le démantèlement de laboratoires. Une lutte de chaque instant « invisibilisée » par les médias dominants qui persistent à faire circuler les mensonges du Pentagone faisant du Venezuela un imaginaire narco-État.

Source : Les2rives.info via Réseau international

Add Comments