Mali: Aqmi, décapité?!... le décodage (Zoom Afrique)

PressTV Français 59 views
A quoi rime l'annonce ultra médiatisé de la supposé mort du chef de l'Aqmi qui ressemble fort à l'annonce par les Américains de la mort de Ben Laden, chef d'aL Qaida ou d'Abou Bakr Baghdai, chef de Daech?

Zoom Afrique du 6 juin 2020

SOURCE : PRESS TV FRANÇAIS

L’actualité en Afrique :

  • Côte d’Ivoire : la capacité de stockage en gaz butane de la GESTOCI passera à 6 000 tonnes, d’ici 2021
  • Rwanda : L’agence spatiale sera créée et opérationnelle en juillet 2020
  • Le Bénin envisage de se doter d’une raffinerie pétrolière

Les analyses de la rédaction :

-1. pourquoi la France dit avoir liquidé son "pion"? 

A quoi rime l'annonce ultra médiatisé de la supposé mort du chef de l'Aqmi qui ressemble fort à l'annonce par les Américains de la mort de Ben Laden, chef d'aL Qaida ou d'Abou Bakr Baghdai, chef de Daech? RFI dit : " La ministre française des Armées Florence Parly a annoncé ce vendredi 5 juin la mort du chef d'al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) Abdelmalek Droukdel et de « plusieurs de ses proches collaborateurs », lors d'une opération militaire le 3 juin au Mali". Une opération menée le 3 juin dans le nord du Mali par les forces françaises avec le soutien de "leurs partenaires" qui aurait conduit à la mort de l'émir d'Aqmi Abdelmalek Droukdel, a annoncé ce vendredi 5 juin sur Twitter la ministre française des Armées Florence Parly.

Pour un acquis aussi spectaculaire, madame la ministre est bien peu prolifique : elle ne souffle mot ni sur le comment de cette méga chasse ni sur l'identité de ses fameux partenaires. Après tout, cela fait bien longtemps que cet Addelmalek Droukdel, algérienne d'origine sème la terreur au Sahel et justifie la présence et surtout l'extension des opérations militaires des forces d'occupation dans cette région. Mais dans tout ce récit, il y a des éléments que RFI relève avec assistance : le chef terroriste a été " neutralisé" à 80 km à l'est de Tessalit, près de la frontière avec l'Algérie. d'autres éléments :  " Si dans l'immédiat l'information n'est pas encore confirmée, la frappe aurait été délivrée par un drone de l'armée de l'air, suivie d'une opération héliportée. Bilan : 5 morts,  Abdelmalek Droukdel et plusieurs de ses proches collaborateurs, dont un haut cadre chargé notamment de la propagande au sein d'Aqmi." on est en pleine dans l'opération à l'hollywoodienne d'Abottabad( mort de Benn Laden) ou d'Idlib (mort d'Abou Bakr al Baghdadi) ... ET puis pour couper court à toute possible rebondissement ou retour de manivelle : "De bonne source, un test ADN a été mené. Il confirme l'identité Abdelmalek Droukdel. Fin 2018, l'armée française avait annoncé la mort probable d'Amadou Koufa chef de la katiba Macina, avant que ce dernier ne réapparaisse dans une vidéo quelques mois plus tard. Cette fois, Paris se montre certain. Les experts restent néanmoins prudents pour le moment, tant que cette mort n'a pas été confirmée par le groupe terroriste." 

Rappelons que cette information vient d’apparaître alors même que ce samedi le grand Mali attend la reprise des manif anti occupation après un appel à la mobilisation lancé par l'anti occupation Imam Dicko. Meme la Covid-19 que la France et ses alliés ont tenté d’inoculer au Sahel n'a pas fait disparaître cette haine anti occupation qui secoue le Mali mais aussi le Niger le Burkina Fas le Tchad et tout le Sahel. Que comprendre de cet abracadabrant récit? 

Lisons encore entre les lignes : " Cette opération, tout près des frontières algériennes, a été réalisée par un module d'intervention composée d'hélicoptères et de troupes au sol, le tout étant appuyé par de l'aviation.", dit l'état-major comme pour rappelé que même après la mort du chef terroriste, la présence militaire français et allié va se poursuivre. On rappelle aussi à Alger qu'il est désormais bien encerclé entre les bases de l'OTAN au Sahel et celles fraîchement acquise par Turquie interposée en Libye. 

Tout ceci pour dire que dans la logique de guerre US/OTAN, l'annonce de la mort d'un pion revient à reconnaître la fin d'une étape et le passage à l'étape supérieur. D'ailleurs cette étape supérieures est aujourd'hui même annoncé par RFI : "La ministre française des Armées, Florence Parly, affirme que le déploiement des forces spéciales européennes, chargées d'épauler les forces maliennes dans la lutte contre le terrorisme au Sahel, sera opérationnelle « dans les prochaines semaines ». 

2. Les USA contre le Nigeria 

Après plusieurs semaines de pression de la part des USA, la BAD va lancer une nouvelle enquête sur les méthodes de gouvernance de son président, Akinwumi Adesina (photo). Une précédente enquête innocentant l’ancien ministre de 60 ans a été rejetée par Washington DC, car n’étant pas « indépendante ».

La Banque africaine de développement (BAD) a annoncé jeudi 4 juin qu’une nouvelle enquête indépendante serait menée sur des faits présumés de mauvaise gouvernance de son président, le Nigérian Akinwumi Adesina. La nouvelle enquête vise surtout à confirmer ou infirmer les conclusions d’une précédente enquête interne qui avait blanchi l’homme de 60 ans de tout soupçon.

A la tête de la BAD depuis 2015, l’économiste est accusé depuis quelques mois par des lanceurs d’alerte de faire preuve de favoritisme dans de nombreuses nominations de hauts responsables, en particulier de compatriotes nigérians. On lui reproche également d’avoir nommé ou promu des personnes soupçonnées ou reconnues coupables de fraude ou de corruption, ou encore de leur avoir accordé de confortables indemnités de départ sans les sanctionner.

Ayant toujours rejeté ces accusations, l’ancien ministre de l’Agriculture du Nigeria de 2011 à 2015 a été disculpé par une enquête menée par le Comité d’éthique interne de la BAD, présidé par l’administrateur japonais Takuji Yano. Cependant au mois de mai, un communiqué du gouvernement des Etats-Unis par le biais de Steve Mnuchin son secrétaire d'Etat au Trésor, a annoncé que Washington DC rejette les conclusions de cette enquête, réclamant les « services d'un enquêteur extérieur indépendant de haut niveau professionnel ».

« Nous craignons que le rejet massif de toutes les allégations sans enquêtes appropriées ne ternisse la réputation de cette institution comme ne respectant pas des normes élevées d'éthique et de gouvernance. Il s'agit d'un risque sérieux lorsque nous voulons que la BAD joue un rôle influent dans la crise économique et sanitaire mondiale actuelle », a indiqué le secrétaire d’Etat américain.

Cette position avait entraîné des tensions entre les autorités américaines et le gouvernement nigérian, dont le président Muhammadu Buhari avait publiquement fait part de son soutien à Akinwumi Adesina, à l’instar de plusieurs autres pays du continent. Pour rappel, les États-Unis détiennent 6,5 % des actions de la BAD, la plus importante part après le Nigeria qui en détenait 9,1 % en novembre 2019.

Cette annonce intervient moins de deux mois avant l’élection du nouveau président de la BAD, un poste que Akinwumi Adesina a annoncé vouloir briguer une nouvelle fois. Dans son nouveau communiqué, l’institution a indiqué que la nouvelle enquête indépendante « devra être menée par une personne neutre, intègre, de haut calibre, ayant une expérience incontestable et une réputation internationale avérée, dans un délai de deux à quatre semaines maximums, en tenant compte du calendrier électoral ».

-La pandémie et les manifestations provoquées par la mort de George Floyd, un homme noir asphyxié par un policier blanc lors de son arrestation, mettent en évidence les politiques discriminatoires des Etats-Unis non seulement sur le sol américain, mais aussi sur le continent africain, ce riche contientn où pendant des décennies la populations a été enclavé et maltraité par les puissances colonialistes.

Le point avec Luc Michel, géopoliticien

Add Comments