Vol d'Air France: un faux pas de trop pour Macky Sall (Zoom Afrique)

PressTV Français 519 views
La France veut maintenir coûte que coûte et au prix de la santé de milliers d’Africains ses vols à destination de l’Afrique de l’Ouest y compris le Sénégal. Mais le président sénégalais n’accepte pas cela.

Zoom Afrique du 16 mai 2020

SOURCE : PRESS TV FRANÇAIS

L’actualité en Afrique :

  • Le ministre des Mines de Conakry qualifie les Iraniens de « partenaires compétents »
  • Le Burundi vire le représentant de l’OMS et trois experts de cette organisation
  • Le président zimbabwéen rencontre une équipe d’experts médicaux chinois

Les analyses de la rédaction :

Sénégal : Macky Sall tourne le dos à la France ?

Le Sénégal aimerait maintenir un bon niveau de relations avec la France. Le problème est qu’une puissance colonialiste n’en reste à jamais. Chasse à la nature, elle revient au galop…

La France veut maintenir coûte que coûte et au prix de la santé des milliers d’Africains ses vols à destination de l’Afrique de l’Ouest y compris le Sénégal.

Seulement, le Sénégal est un état souverain et compte le rester d’où la réaction du président Macky Sall face à la reprise annoncée en juin des vols Paris-Dakar de Air France, sans son aval, et il n’entend pas se laisser faire puisqu’en mars dernier, le président sénégalais parlait d’un renforcement de l’armée nationale sans pour autant miser ni sur les États-Unis ni sur la France

Cette fois-ci, Air France a suscité la colère noire du Président de la République du Sénégal. Macky Sall reproche à la compagnie aérienne française d’annoncer une reprise de ses opérations sur Dakar sans l’avoir informé au préalable.

En effet, en Conseil des ministres, le président sénégalais a tapé du poing sur la table après que la compagnie Air France a annoncé la reprise de ses vols à Dakar, le 16 juin 2020.

Une annonce qui passe très mal chez Macky Sall qui estime, toute proportion gardée, avoir été mis devant le fait accompli.

Selon certaines informations, le chef de l’État est d’autant irrité qu’il n’a pas été informé de cette décision par son ministre des Transports aériens, Alioune Sarr.

Macky Sall a critiqué cette décision d’Air France, laquelle selon lui dénote de « l’attitude condescendante » de la France à l’égard des pays africains qu’elle considère toujours comme ses colonies.

En attendant que les choses se calment, Macky Sall est intransigeant sur la question. « Vu la situation de la pandémie, rien n’est encore décidé », aurait-il martelé.

L’Occident cherche à arnaquer l’Afrique

Après avoir passé par le prétexte « terrorisme », la puissance d’occupation s’attaque désormais aux richesses naturelles du continent africain.

La Banque mondiale, cette instance qui via ses prêts, tente d’asservir le peuple africain, vient de donner une nouvelle hypothèse : « Limiter le réchauffement climatique passera nécessairement par le sous-sol africain ».

« Pour limiter que la hausse de la température du globe à 2 °C, il faudra plus de trois milliards de tonnes de minéraux et de métaux. Ceci afin de déployer les centrales éoliennes, solaires et géothermiques nécessaires, et stocker leur énergie. Ce constat est établi par la Banque mondiale dans un nouveau rapport sur l’impact qu’aura la transition énergétique sur la demande future en minéraux », écrit l’agence d’informations Ecofin Agency.

Qui détient d’énormes ressources et minerais et a longtemps été terrain de conquête et de reconquête des puissances occidentales ? L’Afrique bien sûr.

Pour justifier cette énorme arnaque, les experts de la Banque mondiale ! donnent également leur argument qui, personne ne sait d’où elles viennent !

« Les experts de la Banque mondiale ont classé les minéraux en lien avec la transition énergétique en deux principales catégories. Les minéraux dits “transversaux” (nécessaires pour plusieurs technologies bas-carbone), que sont le cuivre, le chrome ou encore le molybdène, ont des conditions de demande stables. Ils seront assez peu impactés par les risques liés au déploiement d’une technologie spécifique. Ainsi, le molybdène et le cuivre sont utilisés dans plus de huit technologies de production et stockage d’énergie propre ; ce qui fait que, même si des améliorations technologiques, des réductions de coûts ou encore un déploiement de nouvelles technologies émergentes surviennent, ces changements auront peu d’impact sur la demande globale ».

Add Comments